Chemotherapy

Par Janene Pieters le 14 février 2019

En 2016, les patients cancéreux néerlandais ont été traités avec des médicaments dont la substance active provenait d'une usine chinoise  rejetée, où il y avait un risque sérieux de contamination des 
produits, rapporte Zembla sur la base de ses propres recherches.

L'usine de Zhejiang Hisun Pharmaceutical a été rejetée par les 
services d'inspection européens en 2016. Ils ont constaté des 
problèmes à l'usine qui pouvaient entraîner des substances actives 
en contact avec des substances d'autres médicaments au cours du 
processus de production. En outre, certaines substances ont été 
trouvées dans un lieu inconnu, ce qui signifie qu'il n'y avait aucune garantie de qualité.

Zhejiang Hisun Pharmaceutical a fourni 20 matières premières 
utilisées dans les médicaments de chimiothérapie néerlandais. 
L'Inspection de la santé et de la jeunesse a retiré 18 de ces 
matériaux du marché. 

Mais selon Zembla, les deux autres substances étaient toujours 
utilisées car aucun autre fournisseur n'était disponible. 
Les deux substances impliquées sont le méthotrexate et la mitomycine.Ils sont utilisés dans les traitements du cancer dela vessie, du cancer du sein et des tumeurs de la tête et ducou. 
La mitomycine était encore disponible sur le marché néerlandais jusqu'en septembre 2017.

L'Inspection ne dirait pas au programme de télévision quels fabricants ont mis les matières premières de l'usine rejetéesur le marché néerlandais. Il a également refusé de dire 
combien de patients ont été traités avec des médicaments 
contenant ces substances. Selon l'Inspection, les substancesont été testées de manière sûre et suffisante par les fabricants qui les ont utilisées. 
L'Inspection n'a pas testé les substances elle-même.

Ronald Jansen, directeur des sociétés pharmaceutiques à 
l'Inspectorat, a déclaré à Zembla que l'Inspection doit choisir entre deux maux plusieurs fois par an. "Voulons-nous le produit avec un défaut possible, par opposition à ne voulons-nous pas du tout le produit", a-t-il déclaré.

Le ministre des Soins médicaux, Bruno Bruins, a qualifié la 
révélation de Zembla d'inquiétante. "Je sais que de plus en plus de 
médicaments sont basés sur des matières premières en provenance de Chine et d'Inde, ce qui signifie que vous devenez dépendant de fournisseurs éloignés", a-t-il déclaré à la télévision.

A lire aussi/ to read also: FDA-Bans-Drug-Export-from -Chnias- Zhejiang-Hisun-Pfizer-

By Janene Pieters on February 14, 2019 

In 2016 Dutch cancer patients were treated with medicines of which the active substance came from a rejected Chinese factory, where there was a serious risk of products being contaminated, Zembla reports based on its own research.

The factory of Zhejiang Hisun Pharmaceutical was rejected by European inspection services in 2016. They found problems at the factory which could result in active substances coming into contact with substances of other medicines during the production process. In addition, some substances were found to be made in an unknown location, which meant that there were no quality guarantee.

Zhejiang Hisun Pharmaceutical provided 20 raw materials used in Dutch chemotherapy medicines. The Healthcare and Youth Inspectorate pulled 18 of these materials from the market. But according to Zembla, the other two substances were still used because no other supplier was available. The two substances involved are methotrexate and mitomycin. They’re used in treatments for bladder cancer, breast cancer and tumors in the head and neck. Mitomycin was still available on the Dutch market as late as September 2017.

The Inspectorate would not tell the television program which manufacturers put the raw materials from the rejected factory on the Dutch market. It also refused to say how many patients were treated with medicines containing these substances. According to the Inspectorate, the substances were tested safely and sufficiently by the manufacturers who used them. The Inspectorate did not test the substances itself.

Ronald Jansen, manager of pharmaceutical companies at the Inspectorate, told Zembla that the Inspectorate has to choose between two evils several times a year. « Do we want the product with a possible defect, versus do we not want the product at all », he said.

Minister Bruno Bruins of Medical Care called the Zembla revelation worrying. « I know that more and more medicines are based on raw materials coming from China and India, and that means that you become dependent on suppliers far away », he said to the television program.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :